Communisme définition + 12 vidéos

Communisme définition + 12 vidéos dans Politique-socièté communisme01

Au niveau théorique, le communisme est une conception de société sans classe, une organisation sociale sans État, fondée sur la possession commune des moyens de production et qui peut être classée comme une branche du socialisme.

Il part de l’adage « de chacun selon ses moyens à chacun selon ses besoins ».

Au niveau politique, le communisme désigne une variété de mouvements qui affirment chercher à établir à terme une telle société.

Parmi les communistes, on trouve une considérable variété d’interprétations, principalement portées par les courants marxistes, mais aussi anarchistes, et chrétiens.

La première division s’est opérée entre anarchisme et marxisme au sein de la Première Internationale.

Néanmoins, les courants communistes qui se sont le plus distingués par leur influence sur l’ordre politique mondial depuis le début du XXe siècle sont d’influence marxiste, directement (Manifeste du Parti communiste) ou indirectement (léninisme).

La lutte des classes joue un rôle central dans la théorie marxiste (et également dans d’autres tendances communistes).

L’établissement du communisme correspond dans cette théorie à la fin de toute lutte des classes, la division des êtres humains en classes sociales ayant disparu.

L’expression « communisme primitif » est parfois utilisée pour décrire l’organisation sociale des premières communautés humaines.

Dans La République, Platon évoque déjà une organisation de société de type communiste.

Karl Marx, défendant la nécessité de l’autonomie du mouvement ouvrier et de l’internationalisme, soutenait que la société ne pouvait d’un coup être transformée depuis le mode de production capitaliste vers le mode de production communiste.

Elle nécessitait une période de transition que Marx a parfois décrit comme la révolutionnaire dictature du prolétariat.

Dans le Manifeste du Parti communiste, il définit le communisme comme « une association où le libre développement de chacun est la condition du libre développement de tous ».

La société communiste imaginée par Marx, émergeant d’un capitalisme largement développé, n’a jamais été établie, et demeure théorique.

Au niveau historique, le mot « communisme » est souvent utilisé pour désigner les régimes politiques et économiques gouvernés par des partis se réclamant du communisme.

Ces régimes prétendaient être des formes de « dictature du prolétariat ».

Le concept de communisme est donc l’objet d’un débat sémantique, selon 2 axes qui interfèrent :

  • lutte « interne », entre communistes revendiqués (qui peuvent s’opposer politiquement et théoriquement), divers courants s’attribuent le terme parfois à l’exclusion des autres ;
  • lutte « externe », entre pro-communistes et anti-communistes : les premiers expliquent que les désastres environnementaux, humains ou sociaux, les crimes de masse commis ou provoqués par les régimes du Bloc soviétique n’étaient pas liés à l’idéologie communiste, considérant que ces États n’étaient pas communistes et que le communisme reste un projet de société qui n’a jamais été réalisé.Ils mettent ces crimes et désastres écologiques sur le fait du totalitarisme, du productivisme ou bien encore pour une partie d’entre eux sur le stalinisme et ses dérivés.

La notion de communisme est par conséquent extrêmement controversée et désigne souvent des réalités différentes selon les personnes qui l’utilisent.

Karl Marx

Karl Heinrich Marx, né le 5 mai 1818 à Trèves en Rhénanie (région d’Allemagne) et mort le 14 mars 1883 à Londres, était un activiste politique, philosophe et théoricien, célèbre pour sa critique du capitalisme et sa vision de l’histoire comme résultat de la lutte des classes, à l’origine du marxisme.

marx01 dans Politique-socièté

Le marxisme est un courant politique se réclamant des idées de Karl Marx (et dans une moindre mesure de Friedrich Engels).

Politiquement, le marxisme repose sur l’analyse de l’Histoire et la participation au mouvement réel de la lutte des classes, pour l’abolition du capitalisme.

Karl Marx considérait en effet que « l’émancipation des travailleurs doit être l’œuvre des travailleurs eux-mêmes ».

Il faut noter que Marx lui-même a plusieurs fois dit, dans les dernières années de sa vie : « Moi, je ne suis pas marxiste », marquant sa volonté de se démarquer de certains « marxistes » auto-proclamés avec lesquels Marx était en désaccord.

Friedrich Engels

Friedrich Engels (Barmen aujourd’hui Wuppertal, 28 novembre 1820 - Londres, 5 août 1895) fut un philosophe et théoricien socialiste allemand, grand ami de Karl Marx.

engels01

Il est issu d’une famille d’industriels, son père avait fait fortune dans l’industrie du textile.

Il doit quitter le lycée d’Elberfeld pour raisons de famille en 1838.

Tout en travaillant comme commis dans une société commerciale à Brême, il commence à étudier profondément la philosophie.

Il se rapproche particulièrement de la philosophie de Hegel, qui prédomine dans la philosophie allemande de l’époque.

En 1842 il s’installe en Angleterre, à Manchester, et travaille dans une société industrielle où son père a des intérêts.

C’est là qu’il publie en 1845 La Situation de la classe laborieuse en Angleterre.

La même année, Engels contribue au journal Annales franco-allemandes, édité et publié par Karl Marx à Paris.

Après leur première rencontre en 1844, ils découvrent qu’ils partagent les mêmes vues et décident de collaborer plus étroitement.

Après que Marx a été expulsé de France, ils s’installent en Belgique, où la liberté d’expression est plus grande que dans d’autres pays d’Europe.

En juillet 1845, Engels amène Marx en Angleterre.

Il y rencontre Marie Burns, une ouvrière irlandaise, avec laquelle il vit jusqu’à sa mort.

Ces femmes l’ont probablement introduit dans le mouvement chartiste, dont il rencontre quelque dirigeants comme George Harney.

Marx et Engels retournent à Bruxelles en janvier 1846, où ils fondent le Comité de Correspondance Communiste.

Le but est d’unifier les socialistes des différentes parties de l’Europe.

Influencé par les conceptions de Marx, la Ligue des justes, organisation socialiste, se transforme en Ligue des communistes.

Sur demande de la Ligue des communistes, Marx commence en 1847 à rédiger un pamphlet basé entre autres sur les Principes du Communisme d’Engels.

Cet ouvrage, terminé en 6 semaines, est écrit de manière à rendre les principes communistes accessibles à tous.

Il est intitulé Manifeste du Parti communiste, et publié anonymement en février 1848.

En raison de la révolution de 1848, Engels et Marx sont expulsés en mars de Belgique.

Ils s’installent à Cologne, où ils fondent un nouveau journal, la Nouvelle Gazette rhénane.

Engels participe activement à la Révolution de 1848, prenant part au soulèvement de Elberfeld.

Il combat dans la campagne de Baden contre les Prussiens (juin-juillet 1849) comme aide de camp d’August Willich, le leader d’un Corps Libre dans la révolte du Baden-Palatinat.

Trotsky

Léon Trotsky (ou Trotski ; en russe : Лев Троцкий), de son vrai nom Lev Davidovitch Bronstein (en russe : Лев Давидович Бронштейн), né le 7 novembre 1879 à Ianovka (Ukraine actuelle) et mort assassiné le 21 août 1940 à Mexico (Mexique), était un révolutionnaire et homme politique russo-soviétique.

trotsky01

Militant marxiste, du Parti ouvrier social-démocrate de Russie puis, à partir de l’été 1917, bolchevik, il est plusieurs fois déporté en Sibérie ou exilé de Russie, et est notamment président du soviet de Petrograd lors de la révolution russe de 1905.

Principal artisan avec Lénine de la révolution d’Octobre 1917, il est le fondateur de l’Armée rouge et l’un des vainqueurs essentiels de la guerre civile russe de 1918-1921, ainsi que l’un des plus importants dirigeants du nouveau régime bolchevik.

S’étant opposé à Staline et à la bureaucratisation du régime, ce dernier le fait chasser du gouvernement (1924) et du Parti (1927), puis l’exile en Asie Centrale avant de le bannir d’URSS (1929) puis de le faire traquer et assassiner par le NKVD.

À la fois orateur, théoricien, historien, mémorialiste et homme d’action, il est aussi le fondateur de la IVe Internationale (1937), et l’inspirateur commun dont se réclament toujours un certain nombre de groupes trotskistes à travers le monde.

Trotsky naît dans un village du gouvernement de Kherson, en Russie du Sud, au sein d’une famille juive de paysans.

À 9 ans il entame des études à Odessa, puis les poursuit à Nikolaïev à l’âge de 17 ans.

Il ne tarde pas à les abandonner, renonçant à devenir un mathématicien, sous l’influence d’un groupe populiste.

L’engagement politique

Un temps tenté par les idées populistes, qui voient dans la paysannerie russe et ses fréquentes jacqueries le ferment de la révolution future, il adhère aux positions politiques sociales-démocrates (1896).

Sous le pseudonyme de Lvov, Trotsky participe à la création d’une organisation révolutionnaire, en particulier par la rédaction d’articles reproduits au moyen d’un hectographe et distribués à la sortie des usines.

En 1898, la police procède à des arrestations de masse durant lesquelles Trotsky est arrêté.

Il est transféré de prison en prison, d’abord à Nikolaïev puis à Kherson, et Odessa où il commence à étudier, dans les conditions que la prison lui permet.

Trotsky étudie les nombreux textes religieux à sa disposition à la bibliothèque de la prison, dont un certain nombre porte sur la franc-maçonnerie.

Il s’initie également à la théorie marxiste à travers les écrits d’Antonio Labriola.

Le rapprochement de Trotsky du marxisme est probablement également en partie lié à la relation qu’il lie avec la jeune marxiste Alexandra Lvovna.

Envoyé en déportation en Sibérie à Oust-Kout en 1900, Trotsky se marie avec cette dernière dans la prison de Moscou pour éviter d’en être séparé.

Ils ont 2 filles.

Ne supportant plus l’enfermement devant sa tâche accomplir, il réussit à s’évader en 1902, en laissant sa femme et ses filles derrière lui.

Lev Bronstein prend alors le pseudonyme « Trotsky », d’après le nom d’un gardien de la prison d’Odessa, qu’il choisit peut-être pour dissimuler ses origines juives.

Sous cette fausse identité, il émigre alors vers l’Angleterre.

Lénine

Vladimir Ilitch Oulianov (Влади мир Ильи ч Улья нов), dit Lénine (Ле нин « l’homme de la Lena ») (22 avril 1870 - 21 janvier 1924) est un révolutionnaire et homme politique russe, militant du Parti ouvrier social-démocrate de Russie (section russe de la Deuxième Internationale), fondateur et dirigeant du parti bolchevik, un des dirigeants de la Révolution russe, fondateur de l’URSS.

lenine01

« Lénine » est un pseudonyme révolutionnaire.

Il n’a jamais expliqué publiquement son choix, ce qui laisse le champ libre à toutes les théories.

À cette époque, Georgui Plekhanov qui a eu une influence importante sur Lénine utilisait le pseudonyme Volgine, d’après la Volga.

Mais certains ont vu dans le choix de la Lena, plus longue et coulant dans la direction opposée, le signe d’une opposition entre Plekhanov et Lénine.

Il existe d’autres théories concernant l’origine de ce nom.

Pendant son exil à Chouchenskoïe, en Sibérie, le fleuve russe le plus proche était l’Ienisseï, non la Lena : ce n’est donc pas une évocation de son séjour dans cette région.

On trouve parfois le nom de « Nikolai Lénine », bien qu’il n’ait jamais été connu sous ce nom en Russie.

Bolchevik

Les bolcheviks sont une fraction du Parti ouvrier social-démocrate de Russie fondée en 1903 et dirigée par Lénine, avant de se constituer en parti indépendant à partir de 1912.

Après la révolution russe de février 1917, les bolcheviks prennent le pouvoir au nom des soviets en Octobre 1917.

En 1922, le parti est renommé en Parti communiste de l’Union soviétique (PCUS).

Mére de Lénine

Maria Alexandrovna Oulianova (Blank) (en russe : Мари́я Алекса́ндровна Улья́нова (Бланк)) (Kokushkino, 6 mars 1835 - Petrograd (Saint-Pétersbourg), 25 juillet 1916).

Elle était la mère de Lénine.

Née dans un bourg de la province de Kazan en 1835, Maria est la fille d’un physicien juif (Israel Moisevitch Blank) converti au christianisme orthodoxe en Alexandre Dimitrievitch Blank et de Anna Ivanovna Grosshopf, allemande de la Volga qui descend d’ancêtres allemands et suédois.

En 1838, elle perd sa mère et est confiée à sa tante Catherine.

Maria bénéficie d’une solide formation dans la résidence familiale et par la suite elle étudie à l’université l’allemand, le français et l’anglais ainsi que la littérature russe.

En 1863, elle décroche un poste de professeur d’école élémentaire.

La même année elle rencontre Ilia Nikolaïevitch Oulianov qu’elle épouse à Nijni-Novgorod.

Six enfants naîtront de cette union : Anna (1864-1935), Alexandre Oulianov (1866-1887), Olga (morte en 1891), Vladimir (Lénine) (1870-1924), Dimitri (1874-1943) et Maria (1878-1937).

Beaucoup d’entre eux deviennent des révolutionnaires.

La fin du siècle est particulièrement difficile pour Maria qui doit faire face à plusieurs malheurs familiaux : le décès de son mari Ilia Oulianov (1886), la condamnation à mort de son fils aîné Alexandre (1887) et la mort de sa fille Olga (1891) sans oublier les diverses arrestations que subissent les autres enfants.

Suite à l’exil de Lénine, elle est allée lui rendre visite à Paris (1902) et à Stockholm (1910).

Elle décède à Petrograd à l’âge de 81 ans.

Joseph Staline

Joseph (Iossif) Vissarionovitch Djougachvili (russe : Иосиф Виссарионович Джугашвили ; géorgien : იოსებ ბესარიონის ძე ჯუღაშვილი Iosseb Bessarionis dze Djoughachvili), né le 18 décembre 1878 – officiellement le 21 décembre 1879 – et mort le 5 mars 1953, généralement connu sous le nom de Joseph Staline (Иосиф Сталин), a dirigé l’Union soviétique seul pendant 25 ans, entre la fin des années 1920 et 1953.

staline01

De 1922 à 1953, il fut secrétaire général du Parti communiste de l’Union soviétique.

D’abord surnommé Sosso (« fade ») pendant son enfance, il était aussi appelé Koba (d’après un héros populaire géorgien).

Le nom Staline a été le sien durant les années de clandestinité, il provient du mot russe сталь (stal) qui signifie acier.

Staline signifie en russe « homme d’acier ».

Fondateur d’un régime totalitaire dont le culte obligatoire rendu à sa propre personne fut un des traits les plus marquants, il entreprit d’arracher spectaculairement son pays à l’arriération ancestrale.

Il fit collectiviser intégralement les terres et industrialisa l’Union soviétique à marche forcée par les très ambitieux plans quinquennaux, sans souci des oppositions, brisées, ni du lourd coût humain et social.

Son long règne fut marqué par un régime de terreur et de délation paroxystique, encore plus prégnant en temps de paix qu’en temps de guerre, et par la mise à mort ou l’envoi aux camps de travail du Goulag de millions de personnes généralement innocentes, notamment au cours de la collectivisation des campagnes et des Grandes Purges de 1937.

Il pratiqua aussi bien des déplacements de population massifs, dont la déportation intégrale d’une quinzaine de minorités nationales, que la sédentarisation forcée non moins désastreuse de nomades d’Asie centrale.

Il nia aussi l’existence des famines meurtrières de 1932-1933 (Holodomor) et de 1946-1947 après les avoir en partie provoquées par sa politique brutale.

Le secret et la propagande systématiquement entretenus autour de ses actes firent du travestissement de la réalité et de la réécriture du passé une caractéristique permanente de son pouvoir absolu.

Son souvenir est néanmoins aussi associé à la victoire militaire de l’Union soviétique contre l’Allemagne nazie, dont Churchill a dit à la fin de la guerre : « Nous avons tué le mauvais cochon (wrong pig) », thème repris par Orwell.

La Seconde Guerre mondiale, après avoir mis l’URSS au bord du gouffre, revêtit le « Petit Père des Peuples » d’un prestige énorme dans le monde entier, et permit au successeur des tsars et de Lénine d’étendre son système à un empire immense allant désormais de Berlin-Est au Viêt Nam du Nord.

__________________________________________________________

La foi du siecle partie 1 19:01

http://www.dailymotion.com/video/xhwtv_____________________________________________________________

La foi du siecle partie 2 20:06

http://www.dailymotion.com/video/xhxbw_____________________________________________________________

La foi du siecle partie 3 10:19

http://www.dailymotion.com/video/xhykh_____________________________________________________________

La foi du siecle partie 4 20:10

http://www.dailymotion.com/video/xhzzr_____________________________________________________________

La foi du siecle partie 5 21:26

http://www.dailymotion.com/video/xi0iw_____________________________________________________________

La foi du siecle partie 6 17:12

http://www.dailymotion.com/video/xi2wk_____________________________________________________________

La foi du siecle partie 7 17:41

http://www.dailymotion.com/video/xi8av_____________________________________________________________

La foi du siecle partie 8 19:47

http://www.dailymotion.com/video/xi8qo_____________________________________________________________

La foi du siecle partie 9 193:23

http://www.dailymotion.com/video/xihg2_____________________________________________________________

La foi du siecle partie 10 17:26

http://www.dailymotion.com/video/xirgk_____________________________________________________________

La foi du siecle partie 11 19:44

http://www.dailymotion.com/video/xis1s_____________________________________________________________

La foi du siecle partie 12 23:50

http://www.dailymotion.com/video/xiso5_____________________________________________________________

           Pour avoir plus d’infos je vous invite à visiter ce site       wikipedia03

lignerouge01


Phases lunaire

Traduction


Sondages

Sommes-nous seul dans l’univers ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Un livre étonnant que je vous recommande vivement.

Page vue


Le monde des cactées |
Redemption |
Code 2012 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | escargots
| Domain3Wname
| SOS ENERGIE